Oracular Spectacular (2008) – 999 jours, 999 albums

Pour enchaîner tout de suite avec un second album, il me paraissait pertinent d’aller à l’exact opposé de Sinatra, de tourner le livre de bord et de prendre le dernier album de la liste. Quel bonheur lorsque mon doigt s’est arrêté sur le titre familier de Oracular Spectacular du groupe MGMT.

Ce que j’ai retenu le plus de cet album ? Jeunesse, sincérité, éclectisme et synthétiseur. Il s’agit d’un véritable mélange psychédélique de plusieurs inspirations et styles musicaux. Sur une base de rock indie et d’électro, on peut sentir le punk, le disco avec Electric Feel, l’ombre de Bowie sur Weekend Wars, la folk et la simplicité dans Pieces of What, etc. J’ai même vu une référence à Kiss dans le vidéoclip de Kids, sous le maquillage et les costumes excentriques du groupe. Mais ce qui m’a accroché le plus, c’est vraiment la jeune innocence et insouciance des deux artistes. Même sur Time to Pretend, dont les paroles se veulent plutôt ironiques, on sent que même cette ironie est empreinte d’ironie, comme une sorte d’affirmation ou d’innocence face à ce qu’ils « dénoncent ». D’un côté, il y a le : « We’re fated to pretend, to pretend. » qui nous est martelé dans le refrain, mais de l’autre, il y a le :

This is our decision, to live fast and die young.

We’ve got the vision, now let’s have some fun!

qui semble affirmer l’inverse. Et avec le synthétiseur, le rythme du morceau et la voix enfantine, on ne peut s’empêcher d’avoir un petit sourire, malgré les paroles autrement déprimantes. Et ça, c’est sans compter le vidéoclip extraordinaire du morceau, où l’on est plongé dans un univers multicolore et onirique aux pourtours flous et où la jeunesse est célébrée : http://www.youtube.com/watch?v=B9dSYgd5Elk&ob=av2e .

Kids est aussi très emblématique de l’album, étant vraiment axé sur l’enfance et habité d’une sincérité et d’une nostalgie bien touchantes. Même chose pour Electric Feel, qui lui se concentre davantage sur le présent et sur ce qui est vécu. L’attraction, l’énergie, et la fête tribale et presque animale dépeinte dans le vidéoclip ( http://www.youtube.com/watch?v=MmZexg8sxyk&ob=av2e ) y sont centrales, tant pour le morceau que pour l’album.

Bref, on est très loin de Sinatra et de son blues de rupture. Je me rends aussi compte, à l’écoute de cet album, que j’ai encore beaucoup de groupes et de styles de musique à découvrir pour pouvoir déchiffrer toutes les influences et tous secrets cachés dans les groupes plus contemporains. Mais une chose est sûre : MGMT sera une très bonne motivation, et est un très bon départ.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s