Face to Face (1966) – 903 jours, 975 albums

L’invasion anglaise, cette période prolifique pour la musique et son innovation, renferme bon nombre de groupes qui sont passablement inconnus aujourd’hui et pour le jeunot que je suis. Certes, les Beatles et les Rolling Stones ont traversé les époques, mais d’autres semblent s’être évanouis dans la mémoire collective et ce, malgré leur talent. L’un de ces groupes est The Kinks, que j’ai découvert avec l’album Face to Face.

Je qualifierais cet album de psychédélique, non pas à cause d’une quelconque atmosphère éthérée, mais plutôt grâce à son immense richesse de styles, d’ambiances et d’influences. Cela m’a indéniablement rappelé les Beatles, par l’innovation et la force créative du groupe, et aussi par l’aspect léché et travaillé de l’album. Il y a beaucoup de rock, un peu de blues, un peu de soul, un peu de folk…; bref, un peu de tout ! Mais tout cela demeure toujours un tout entier, sans que le groupe ou l’intégrité de l’album ne s’y perde ou ne se disperse.

Non seulement cette diversité contribue à la richesse de l’expérience, lors d’une première écoute, mais elle laisse également présager une mine de découvertes pour les écoutes à venir. Et déjà, certains morceaux m’ont bien accroché. Le premier d’entre eux est le sublime Sunny Afternoonhttp://www.youtube.com/watch?v=1h1oRP7FfBw . Il y a quelque chose de paresseux, de prélassant dans ce morceau, mais avec juste une petite ambiance qui fait sourire.

Ensuite m’ont marqué I’m Not Like Everybody Else et Rosie Won’t You Please Come Home ( http://www.youtube.com/watch?v=JwLwfodh9T0 ), avec leur style plus rock, plus brut, où la guitare et la basse résonnent, mais néanmoins avec un raffinement supplémentaire. Même si ces morceaux expriment des propos récurrents de cette génération, comme la révolte ou le passage à l’âge adulte, j’ai eu l’impression qu’ils le faisaient de manière plus mature, plus recherchée. Dans Rosie…, le clavecin y aide beaucoup. Dans I’m Not…, c’est cette énergie forte, mais contenue et maîtrisée, qui fait la force du morceau.

Naturellement, il faudra que je réécoute l’album quelques fois avant d’être pleinement familiarisé avec le groupe et sa richesse, mais cela ne sera pas une corvée. Déjà, d’autres morceaux m’appellent pour que je les réécoute. Il y a You’re Looking Fine avec son piano et son énergie viscérale, il y a Fancy et ses airs orientaux, il y a aussi Little Miss Queen of Darkness… Bref, je crois que ce groupe jusqu’alors méconnu me réserve encore quelques belles surprises.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s