Live at the Regal (1965) – 882 jours, 960 albums

Parlant de blues, j’ai écouté un premier album du grand B.B. King, soit Live at the Regal.

Tout cet album ne semble être qu’un long morceau continu. Les morceaux s’enchaînent sans que l’on ne s’en rende compte, l’émotion demeure toujours aussi haut, et le talent du King semble ne jamais se fatiguer. Les cuivres sont tonitruants, le piano et la guitare sont subtils et percutants à la fois, par leur force, leur simplicité apparente et leur technique de haute voltige. Je rappelle que c’est justement le King qui tient la guitare…

Malgré son aspect continu, certains passages réussissent quand même à sortir du lot. Le plus époustouflant est sans doute Worry, Worry avec son solo de guitare comme entrée et la voix toujours aussi puissante et parfaite de B.B. comme accompagnement. Et malgré sa force, le morceau semble être joué tout en subtilité. On a aussi droit à quelques conseils matrimoniaux et des cris de foule en délire, preuves de sa maîtrise parfaite de la scène et du divertissement qui va avec.

Il y a aussi Sweet Little Angel qui semble donner le ton à tout le reste de l’album. Celui-ci est d’une profondeur et d’une puissance remarquables :

J’ai aussi beaucoup apprécié It’s My Own Fault et How Blue Can You Get?, mais il est difficile de faire plus de choix que cela. La même constance, la même émotion, les mêmes éclats de voix et les mêmes exploits musicaux se retrouvent partout sur l’album. Celui-ci, au contraire de celui d’Otis Redding, doit se découvrir en entier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s