Roger the Engineer (1966) – 877 jours, 954 albums

En revenant de cette courte escapade, j’ai décidé de découvrir quelques nouveaux groupes, afin de me lancer enfin dans le rock psychédélique. L’un de ces groupes était The Yardbirds, et j’ai écouté leur album Roger the Engineer.

Certes, ce n’est pas entièrement du rock psychédélique, mais c’est du blues-rock assez déjanté pour me faire une bonne entrée en matière pour ce qui va suivre et pour me familiariser davantage avec le style. Dès Lost Woman, je m’en suis rendu compte. Et dès Lost Woman, j’ai su que j’allais apprécier et l’album, et le groupe.

La guitare de Jeff Beck est impeccable, affirmée, dynamique. La basse sait maintenir le rythme. L’harmonica ajoute une touche bien blues à l’ambiance. Les paroles sont accrocheuses. Bref, je l’ai adoré, et je l’ai écouté en boucle quelques fois déjà.

Mais pour voir la véritable essence blues du groupe, il faut écouter The Nazz Are Blue.

Ceci est une version live, encore plus endiablée. Le rythme blues me jette par terre, surtout lorsqu’il est doublé de cette succession d’accords frissonnants et de cette guitare électrique électrisante. Même si le reste de l’album est excellent, ruisselant de morceaux parfaits qui m’ont fait dodeliner de la tête, le reste est bien pâle comparé au brio de ces deux morceaux.

Ainsi, j’ai bien hâte de découvrir davantage ce mystérieux Jeff Beck dont j’ai tant entendu parler. Pour le moment, il vit à la hauteur de sa réputation, et même plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s