Sunshine Superman (1967) – 876 jours, 953 albums

Toujours en 1967, j’ai écouté Sunshine Superman du méconnu Donovan.

Mêlant musique folk, rock et psychédélique, Donovan m’a agréablement surpris. Je connaissais déjà le morceau éponyme, accrocheur et ensoleillé. Mais le reste de l’album a autant, sinon plus, de valeur que ce simple morceau.

C’est que cette réussite de la musique populaire ne laisse rien présager de la profondeur et de l’esthétique du reste de l’album. Car cet album est véritablement psychédélique. Three King Fishers et Ferris Wheel ont des airs indiens, avec la sitar et les percussions claquantes. Bert’s Blues tombe dans le blues avec un air accrocheur, et y ajoute même des influences classiques. The Trip rappelle une folk agitée, alors que Guinevere est un doux conte médiéval enveloppé de fumée.

Mais l’attitude de Donovan, tout au long de l’album, reste la même, du début à la fin. Son énergie a quelque chose de prenant, de séduisant. Avec tous ces styles, il sait quand même doser avec précision le rock, quitte à le faire éclater quelques fois, comme sur The Season of the Witch. Et il va sans dire que les inspirations folk de l’artiste donnent une profondeur appréciable à toute son oeuvre. Bref, je trouve regrettable qu’il ne soit pas plus connu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s