The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars (1972) – 814 jours, 905 albums

Par la suite, le lendemain, en revenant de Percé pour nous arrêter à Campbellton, où notre petit groupe se séparait, l’un devant retourné à Montréal, l’autre et moi-même nous dirigeant vers le Nouveau-Brunswick et ses merveilles, nous avons écouté 2 derniers albums pour ce défi. Par la suite, les choix musicaux incombaient davantage à la propriétaire de la voiture, mon premier compagnon de route devant prendre ma voiture pour retourner dans la métropole.

Ainsi, nous avons écouté tout d’abord un classique incontournable de la musique : David Bowie et son indémodable The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars.

Vous vous en seriez peut-être doutés : il s’agit d’un autre artiste que j’attendais avec impatience d’explorer durant ce défi. Je connaissais divers morceaux de l’artiste, mais son oeuvre en général m’était inconnue et me paraissait bien mystérieuse. Cet album vient de lever une partie du voile, et je frétille déjà à l’idée de soulever les autres. À force d’écouter des albums des années 70, je sens la musique changer et évoluer. Ici, c’est encore plus vrai, avec la découverte du glam rock. Une sexualité présente mais ambiguë et androgyne, une simplicité musicale neuve mais aux mélodies encore plus accrocheuses sur une base de rock affirmé, une théâtralité exubérante : Bowie redéfinit ici ce que peut être tant la musique populaire que d’autres styles, comme le art rock.

Dans les grands moments de cet album, vous connaissez sûrement Suffragette City ?

C’est la représentation parfaite du style. Et ce qu’il y a de mystifiant en écoutant ce morceau, c’est : comment une musique qui semble ne demeurer qu’en surface fait-elle pour être aussi profonde ? Sinon, un autre incontournable serait Starman, avec son côté onirique et céleste :

Pour le reste de l’album, ce semble être au goût de chacun, car chaque morceau est fort et a sa propre signature, sa propre personnalité. Je vous laisserai donc les découvrir par vous-mêmes, ou les redécouvrir, si cela est déjà fait.

Une dernière chose : j’ai vu que certains classent cet album dans le proto-punk, dû au côté pré-apocalyptique des paroles de certains morceaux, et de comment cet album aurait influencé la suite. Pour ma part, je ne vois que très peu de ressemblances musicales entre les deux styles. Mais encore là, je ne suis pas encore arrivé au punk dans le cadre de ce défi. Il serait donc difficile de répondre. Cela dit, je vois peut-être bien quelques similitudes dans l’approche et l’attitude du glam rock et du punk. À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s