Exile on Main St. (1972) – 812 jours, 905 albums

Pendant cette fin de semaine, nous nous sommes également promenés un peu. Deux de nos amis demeurant dans le coin, mais quand même relativement loin de Rouyn-Noranda où se déroulait le festival, nous avons fait un peu de route, même une fois arrivés. Durant l’un des ces aller-retour entre Rouyn et La Sarre, nous avons donc écouté Exile on Main St., un énième album des Rolling Stones.

Je passerai rapidement sur cet album double. Il était, naturellement, bien appréciable, mais il n’avait rien d’extraordinaire non plus. C’était du Rolling Stones, voilà tout. Cela dit, c’était de l’excellent Rolling Stones. On a l’impression que, après quelques années, leur style prend encore un peu plus de maturité, qu’il s’affirme quelque peu davantage. Avec cet album, le rock & roll revient, renouvelé et plus fort, alors qu’il est mêlé à une bonne dose de hard rock bien sentie.

Par contre, pour les morceaux, aucun ne m’a accroché en particulier. Il étaient tous agréables à entendre, aucun n’a retenu mon attention. Aucun, donc, ne semble valoir de mention particulière. D’ailleurs, je ne saurais trop lequel prendre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s