Lark’s Tongues in Aspic (1973) – 806 jours, 895 albums

J’ai aussi écouté un second album de King Crimson, soit Lark’s Tongues in Aspic.

Je dois avouer qu’après la performance incroyable offerte sur In the Court of the Crimson King, mes attentes étaient un peu élevées à l’idée d’écouter un second album du groupe. Pourtant, elles ne furent que peu rencontrées. Peut-être n’ai-je pas écouté l’album avec suffisamment d’attention, mais il n’a simplement pas accroché mon oreille comme l’autre.

Peut-être, aussi, était-il trop complexe pour mon manque d’attention ? Je réécoute Lark’s Tongues in Aspic, Part One, et cela m’apparaît comme un morceau d’une complexité incroyable, surtout pour un morceau d’ouverture d’album !

Cela m’apparaît comme du art rock poussé à fond, où l’intellectualisme se fait encore plus présent, où l’exploration des sonorités, des rythmes et des ambiances est la base même du morceau. Le reste de l’album m’a semblé construit sur le même modèle, mais j’avais aussi l’impression que cette complexité empêchait une certaine profondeur de s’exprimer pleinement.

Sinon, deux autres morceaux qui ont retenu mon attention furent Exiles and Easy Money.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s