The Stooges (1969) – 801 jours, 889 albums

Vous verrez que pour les prochains albums que j’ai écoutés, je suis revenu un peu en arrière, vers 69, 70 et 71, à commencer par The Stooges, l’album éponyme du groupe.

Je voulais quelque chose qui rock, quelque chose de dur et de bruyant. Avec les Stooges, je peux dire que j’ai été bien servi. Dès 1969, on sent l’énergie jeune et adolescente du groupe. Elle est simple et brute, mais sans pour autant être immature. Le morceau raconte un peu la réalité de l’année éponyme, l’année de l’album, et d’un jeune homme encore jeune adulte. Mais j’ai l’impression que l’album commence véritablement avec I Wanne Be Your Dog, qui offre un excellent morceau de rock de garage, comme j’ai appris à les aimer.

La guitare sale et lourde et la batterie conventionnelle se retrouvent accompagnées de clochettes et de tambourins, qui créent une ambiance enveloppante, renforçant ainsi la force du morceau. La voix est aussi jeune et franche, énergique et insistante jusqu’à s’essouffler, même si le chanteur n’en laisse rien paraître.

L’album, par contre, offre un moment un peu long et ennuyeux, surtout si l’on considère le reste de l’album et son atmosphère, avec le trop éthéré et distant We Will Fall, qui m’a tout simplement perdu pendant 10 minutes. Heureusement, d’autres morceaux comme Real Cool Time rattrapent la donne avec leurs guitares électriques franches et présentes. Il n’en pas à en douter, se replonger dans ce rock en apparence primitif est parfois très satisfaisant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s