Tommy (1969) – 801 jours, 889 albums

Avec Tommy commencent ensuite les 6 derniers et nouveaux albums que j’ai écoutés. Cela faisait bien longtemps, également, que je voulais prendre le temps d’écouter le mythique opéra rock de The Who.

Je n’en ai écouté l’histoire que distraitement, mais il s’agit en gros de l’histoire d’un enfant né aveugle, sourd et stupide. L’important, surtout, c’est que l’album est construit comme un opéra. Certaines techniques du style sont reprises, c’est-à-dire qu’il s’agit véritablement d’une histoire contée musicalement et chantée, à travers plusieurs morceaux qui font avancer l’intrigue, plutôt qu’un album rock plus conventionnel, ou un album concept comme ceux qui l’ont précédé, où l’histoire est davantage une excuse ou un simple fil conducteur pour faire quelques morceaux avec un thème plus ou moins commun. Ici, c’est vraiment une histoire qui est racontée, mais sous une musique rock bien propre aux Who plutôt que sous de la musique classique. Restent néanmoins la construction des tensions dans l’histoire, la montée de l’appréhension, la libération dramatique des derniers morceaux ou des moments-clé de l’intrigue.

Cela dit, plusieurs morceaux, ou moments de l’opéra, peuvent être sortis du lot par leur qualité et leur beauté intrinsèques. 1921, par exemple, m’a fait entrer dans l’album assez rapidement par sa qualité. L’intense et dramatique Eyesight to the Blind (The Hawker) m’a aussi bien impressionné. Christmas, tout de suite après, est également bien digne de mention, et même de votre attention.

Il représente aussi assez bien la trame de l’opéra. Le touchant moment du « See me, feel me, touch me, heal me » est venu me faire frissonner.

Un peu plus loin, Pinball wizard fait définitivement office de meilleur morceau de l’album, étant un hit remarquable à lui seul.

C’est ce que j’ai trouvé agréable et talentueux sur l’album de la part des membres du groupe. Ils ont su faire un véritable opéra, mais tout en y incorporant quelques grands morceaux de rock comme seulement eux savent les faire. Ces quelques morceaux s’intègrent parfaitement à l’intrigue, mais tout en transcendant l’album à la fois.

Enfin, Go to the Mirror m’a aussi marqué. Malheureusement, le reste de l’album m’a laissé plutôt indifférent. J’ai bel et bien senti une montée dramatique et la résolution musicale de l’intrigue, mais celles-ci ne m’ont pas interpellé outre mesure. Je dois aussi dire que l’album m’a semblé un peu long et, donc, il avait quelques longueurs. Cela dit, il vaut certainement l’écoute, malgré quelques défauts inévitables. Mais l’album m’a surtout donné le goût d’écouter un peu plus du rock pur et franc du groupe. Dans un prochain album, bientôt…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s