For Your Pleasure (1973) – 782 jours, 865 albums

Comme Roxy Music était une découverte étrange, je me suis empressé d’écouter un second album du groupe, afin de pouvoir mieux le cerner. Cet album fut For Your Pleasure.

Ma première écoute du groupe m’avait laissé plutôt perplexe, mais je dois dire que le second album m’a tout simplement séduit. Ce mélange de glam rock et de art rock avec une interprétation et un ton absolument uniques, c’est la raison pour laquelle je me suis lancé dans ce défi. Je trouve leur musique stimulante, intéressante, fraîche. Do the Strand, qui ouvre l’album, nous plonge sans attendre dans cet univers déjanté, dans ce territoire qui n’a pas encore de sentiers battus.

Le piano insistant, la voix glauque et mystérieuse, le saxophone enfumé : ce début a quelque chose d’intense, d’intime, d’incroyablement prenant. La complexité musicale se lie ici à merveille avec la voix étrange du chanteur. L’effet émotionnel s’en trouve décuplé. Aussi, en écoutant ce morceau, surtout le début, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à The Rocky Horror Picture Show. Je vois les mêmes velours rouges, les mêmes personnages androgynes, la même danse effrayante.

Plus loin, j’ai bien apprécié le tonitruant Editions of You, avec son énergie intempestive et son ambiance désinvolte, le tout sur le ton habituel du groupe, lui conférant ainsi un attrait surprenant. Cependant, le meilleur moment de l’album, le plus saisissant, le plus captivant, c’est définitivement In Every Dream Home a Heartache.

L’orgue discret et frissonnant, la voix languissante, les guitares silencieuses et retenues, ces paroles dépressives mais habitées d’une tension grandissantes : on sent que le morceau peut exploser à tout moment. Et pourtant, la voix continue, inébranlable, mais vibrant d’émotion et d’intensité. Puis, quelques minutes plus tard, après cette longue construction, le morceau explose pour quelques instants avant de s’évanouir dans le silence. J’en ai encore des frissons, tout comme j’en ai à chaque fois que j’écoute le morceau, que j’appréhende sa fin et son apogée.

Voilà ce que j’ai découvert avec ce nouvel album. Seulement deux du groupe, et je suis déjà conquis. Et dire que le meilleur du groupe, semble-t-il, reste encore à venir…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s