Phaedra (1974) – 771 jours, 847 albums

Me plongeant de nouveau dans le ambient, j’ai ensuite écouté Phaedra du groupe Tangerine Dream.

Le nom du groupe et la pochette de l’album étaient trop inspirants pour que l’album ne passe inaperçu dans mon livre. Par curiosité, j’ai consulté l’article, et je me suis dit que je devais écouter l’album sans plus attendre. Un groupe qui a créé le ambient avant Brian Eno ? Cela méritait enquête, et appelait à une nouvelle révélation.

Et ce fut bien le cas. Le long morceau éponyme, d’un peu moins de 20 minutes, est une longue exploration éthérée de ce que peut faire la musique électronique. Sans trop de rythme, sauf peut-être un thème précis qui se répète de manière de plus en plus angoissante, le morceau évolue comme une véritable musique d’ambiance, qui meuble impeccablement bien l’espace, mais qui peut aussi être écoutée avec plus d’attention.

Une fois entré dans l’atmosphère, le reste de l’album s’est écouté sans que je n’y porte trop d’attention, perdu comme je l’étais dans cette atmosphère enveloppante et hypnotique. Seulement pour vous faire écouter un extrait de l’album et que vous aillez une meilleure idée de cette expérience, voici Mysterious Semblance at the Strand of Nightmares.

On entend le vent, on entend la mer, on entend le rêve et l’espace étoilé. On se perd l’espace de quelques temps, avant de revenir sur terre et de partir pour d’autres découvertes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s