Wish You Were Here (1975) – 771 jours, 847 albums

J’ai écouté un autre classique du art rock, un autre de ces albums qui, après Linkin Park et les Beatles, m’ont fait tomber en amour avec la musique. Il s’agit de Wish You Were Here de Pink Floyd.

La place chérie qu’occupe cet album dans mon coeur est en très grande partie due à l’exceptionnel morceau Shine on You Crazy Diamond, Pts. 1-5.

Ceci est la version intégrale, soit les parties 1 à 9, mais ce sont surtout les 5 premières parties, qui ouvrent l’album, qui m’ont marqué. Le long et lent début, la construction du morceau, l’ambiance éthérée, la guitare électrique toute en rondeur, puis, plus loin, le refrain si saisissant, si électrisant : tout est là pour rester en mémoire longtemps, pour qu’on ait le goût de le savourer plusieurs fois, et souvent.

Mais l’album n’a pas que cette seule merveille. Welcome to the Machine offre aussi un bon moment, avec son ambiance d’abord industrielle, puis plus dépressive et grise. Wish You Were Here, morceau éponyme de l’album, est accrocheur et fort appréciable, avec son ton acoustique et ses inspirations davantage folk, mais toujours avec cette signature si particulière de Pink Floyd.

Donc, peu de morceaux, mais tous chargés d’une énergie et d’une qualité grisantes pour quiconque les découvre. Et pour ceux qui les connaissent déjà, c’est toujours un plaisir de les retrouver de nouveau, de se plonger dans ce monde à la fois rêveur et réaliste, poignant sans être exubérant, et d’une complexité et qualité sans égal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s