Station to Station (1976) – 766 jours, 841 albums

Après la révélation que fut Aladdin Sane de David Bowie, j’ai dû écouter sans trop attendre un autre album de cet artiste prodige. Il se mérite quand même 7 albums dans ce défi ! Ainsi, j’ai écouté Station to Station.

J’ai eu de la difficulté à caractériser cet album. Il m’a semblé moins profond que celui mentionné plus haut, mais il gardait néanmoins la même signature musicale. Il s’agit donc, ici, d’un mélange froid et étrange de art rock, par la variété des styles et la profondeur de l’exploration artistique, de glam rock et de proto-punk, pour la simplicité et la froideur mais sans l’aspect sensuel, et de rock expérimental, parce que, bon, cet album est trop particulier pour avoir sa propre catégorie.

En plus de la disparité stylistique de l’album, les morceaux eux-mêmes m’ont semblé difficiles à appréhender. Je sais qu’ils sont bons, que je vais les réécouter et qu’ils ont touché quelque chose en moi, quelque chose de davantage intellectuel qu’émotionnel. Mais je ne saurais vous les présenter proprement, il me semble. Alors, je vais simplement vous faire écouter les meilleurs morceaux. Vous vivrez, ainsi, l’expérience par vous-mêmes.

D’abord, l’accrocheur et complexe TVC 15.

Ensuite, l’étrange mais fort appréciable Stay.

Enfin, le sensuel mais sans âme Golden Years.

Voilà, tout est dit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s