Meat Puppets II (1983) – 657 jours, 781 albums

Ayant pas mal terminé l’époque du punk proprement dite, je m’aperçois d’un phénomène un peu déroutant : la multiplication des styles. Déjà que je me découvre très peu familier de la musique de cette époque, les styles éclectiques qui la composent sont assez nombreux pour que je m’y perde par moment. Un simple exemple : j’ai écouté l’album Meat Puppets II du groupe Meat Puppets. Qu’est-ce ? Un heureux mélange de punk, de country et de rock psychédélique. Rien de moins !

Meat Puppets - Meat Puppets II

On ouvre d’abord avec un morceau typiquement punk, soit Split Myself in Two, avec une voix sèche et essoufflée, un mur de guitares électriques et une batterie simplement là pour tenir le rythme et faire du bruit. En fait, le morceau fait même penser à du métal, par sa force et sa brutalité.

Contraste immense avec Magic Toy Missing, qui suit tout de suite après, et sa mélodie de country au rythme détraqué. Deux mondes, deux morceaux. Avec Plateau, j’ai eu comme une vision de Nirvana et du grunge à venir. Mais ici, dans ce contexte, le morceau fait davantage penser au vieux rock de garage par ses sonorités, mais aussi au goth rock encore récent à mes oreilles.

Voix morne, rythme lent, ambiance glauque et dépressive : tout y est. Aurora Borealis, qui suit, participe un peu à la même ambiance, à la même idée. Mais bon, peut-être que cette tristesse n’est, en fait, qu’un emprunt aux influences country du groupe… Oh, Me fait également partie de cette petite famille de morceaux, mais avec une finale beaucoup plus viscérale, nous ramenant au punk quelques instants. Cela n’a pas été sans me rappeler Joy Division.

Je dois vous avouer que les morceaux inspirés davantage du country m’ont moins accroché, à l’exception peut-être de I’m a Mindless Idiot, qui me fait passer à un morceau d’épopée.

Cela dit, l’aspect hétéroclite des styles qui se mêlent ici apparaît pourtant sous une étonnante unité. Le « II » à la fin du titre de l’album y est sûrement pour quelque chose, mais cela demeure néanmoins un véritable tour de force d’unir toutes ces influences sous une même enseigne sans faux pas. Beaucoup d’autres auraient probablement échoué à la tâche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s