The Real Thing (1989) – 619 jours, 722 albums

Mais après une petite déception, j’ai fait, en échange, une belle découverte. Il s’agit du mélange audacieux de heavy metal, de funk et de hard rock contenu sur l’album The Real Thing, du groupe Faith No More.

Faith No More - The Real Thing

Comme donner un vent de fraîcheur à un style déjà largement exploré ? Ajoutez-y du funk ! Ainsi, un heavy metal/hard rock qui probablement, ici, serait passé autrement inaperçu devient tout à coup électrifiant, pénétrant aux os, et intriguant tout à la fois. Aussi, ne nous le cachons pas : la musique devient franchement accrocheuse. From out of Nowhere!!!!, dès le début de l’album, prouve mon point.

Certes, le funk n’est ici pas très apparent, mais l’esprit d’innovation, lui, l’est déjà, et il se perpétuera tout au long de l’album. En attendant, ce morceau nous offre de grands passages épiques et aériens, sur un fond musical solide et aux effluves pop. Mais dès le morceau suivant, Epic, qui porte d’ailleurs bien son nom, le funk est bien présent, et donne une dimension nouvelle aux possibilités qu’apportent ces styles agencés ensemble. Avec Zombie Eaters, c’est un morceau qui rappelle un mélange étrange entre Iron Maiden et du hip hop. Et, étonnement, le résultat est assez bien réussi ! Puis avec The Real Thing, le résultat est encore mieux.

Là, le morceau est travaillé et détaillé à souhait, sur plus de 8 minutes. Et les envolées vocales sont un judicieux mélange entre le ton vindicatif du hip hop et le chant épique du heavy metal, rappelant même celui plus cru et brut du death metal par moments. De manière remarquable, Faith No More arrive à faire de la douceur avec de la rudesse.

Tout de suite après, on assiste à un pop Underwater Love, puis à un très complexe et recherché Woodpecker from Mars. Encore une fois, la polyvalence de ces groupes de métal m’impressionne, et je leur dois une grande admiration. En ajoutant des violons, la symphonie musicale devient pleine, et complète le cercle. Et pour terminer l’album, on nous offre Edge of the World, où, cette fois, on mêle le funk/hip hop avec une ambiance jazzy. Tout pour bien finir la soirée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s