Urban Hymns (1997) – 500 jours, 642 albums

J’ai ensuite pris le temps d’écouter un classique, un incontournable des années 90, soit Urban Hymns du groupe The Verve.

The Verve - Urban Hymns

Je dis incontournable, car il semble définir une autre partie de cette décennie, celle qui vient après le grunge de Nirvana. Incontournable aussi par le morceau qui ouvre l’album, soit Bittersweet Symphony, une hymne inoubliable qu’on ne se fatigue pas d’écouter.

Leur musique s’apparente beaucoup à celle d’Oasis, j’ai trouvé, et participe de la même britpop du milieu des années 90. D’ailleurs, je croyais au départ de The Verve était un one-hit wonder, mais force fut de constater que cet album contient bon nombre de morceaux tout aussi intéressants et accrocheurs que leur morceau phare. Certes, ils n’ont pas la même force que Bitterweet, mais ils valent tout de même à l’album sa place dans ce défi. Parmi ces morceaux, je mentionnerai The Drugs Don’t Work, son lyrisme doux et ses quelques violons pour créer cette ambiance pleine si caractéristique du groupe. Je mentionnerai aussi le plus éthéré Catching the Butterfly qui nous transporte, le plus poignant Space and Time, ainsi que l’excellent et complexe Lucky Man.

Bref, plusieurs morceaux qui, malgré mes préjugés, ne limitent pas le groupe à un seul hit, à un seul moment appréciable et remarquable. Tout l’album, en fait, fut un plaisir à écouter, et le sera pour tout fan de britpop comme j’en suis un.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s