Either/Or (1997) – 477 jours, 630 albums

Sans trop changer de style, mais tout de même en écoutant quelque chose de différent, j’ai mis dans mes oreilles l’album indie et sadcore de Elliott Smith Either/Or.

Elliott Smith - Either Or

Le sadcore, c’est une musique sombre, dépressive, alimentée par la guitare acoustique et sa texture, et par cette touche si unique du indie. Le rythme est lent, pesé. Mais on ne tombe pas dans la déchirure de l’âme non plus. C’est une sorte de dépression douce, lente, calme, qui me rappelle les paysages glauques et sombre du goth rock, mais en plus pop, en plus folk, et avec cette énergie personnelle apportée par le indie. Premier morceau marquant de l’album : Speed Trials.

Je le trouve accrocheur et mémorable. Et tout l’album a cette atmosphère pesante, un peu larmoyante et étouffée, qui est d’une beauté époustouflante. Plus loin, c’est Pictures of Me qu’il ne faut pas rater.

Il est plus énergique, plus mordant, et je pourrais l’écouter en boucle des heures durant. Enfin, Cupid’s Trick est quant à lui poignant, nous touchant droit au coeur.

Il y a en anglais une expression qui définit parfaitement cette musique : hauntingly beautiful. Une beauté qui hante, qui nous possède et nous obsède. Voilà comment je définirais Elliott Smith, à la lumière de cet album.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s