Sea Change (2002) – 475 jours, 629 albums

J’ai poursuivi avec l’indie rock particulier de Sea Change de Beck.

Beck - Sea Change

Comme Odelay, il s’agit ici d’un mélange hétéroclite aux détails et influences indéfinissables; un courant continu d’ambiances indies, aux effluves britanniques et où la voix et les instruments sont séducteurs. J’ai l’impression qu’on ne peut pas décrire Beck. On ne peut que l’apprécier, sans se poser de questions. Et peut-être que, à force d’écoutes et d’attention, les secrets qui se cachent derrière cette toile tissée de mille fils multicolores se révéleront. Peut-être. En attendant, écoutons Paper Tiger.

Je fais ensuite déferler le nom des morceaux que j’ai appréciés : le touchant et intense Lonesome Tears, le mystérieux et mélancolique Round the Bend, le folk, mais avec une personnalité forte et unique, Already Dead, le grandiose Little One

Pour le reste, je l’ai déjà dit : indescriptible, ou presque. Du moins, pas après une seule écoute, pas après dix, même. Comme beaucoup d’expériences, il faut vivre soi-même pour comprendre, et saisir. Beck est l’une de ces expériences.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s