Dear Science (2008) – 132 jours, 478 albums

TV on the Radio - Dear Science (2008)Ce sont des albums comme Dear Science qui valent ce défi. On finit par se fatiguer des albums trop similaires, que ce soit du rock, de la pop, du hip hop, du blues ou du jazz. Bon, peut-être pas le jazz… Mais une fois de temps à autre, un album si nouveau et si différent surgit.

TV on the Radio, c’est un peu comme de la pizza. Il est impossible de deviner le goût de la pizza si l’on n’en a jamais mangé. Même si vous connaissez parfaitement le goût du pepperoni, de la tomate, de la mozzarella et de la pâte, la pizza est quelque chose d’autre. Quelque chose de plus que la somme de ses composantes.

C’est la même chose avec Dear Science. On peut y retrouver le son 8-bit et écorché du lo-fi mêlé à des cuivres tonitruants (Dancing Choose), le funk, le hip hop et le wall of sound, muni de quelques sons électro (Golden Age), la réverbération d’un piano accompagné de violons sur une mélodie mélancolique qui grandit pour devenir immense et claire (Family Tree), de l’émotion déchirante (Love Dog), des rythmes enflammés et des percussions africaines (Red Dress)…

Tout y est. Cherchez.

Surtout, le tout est habité d’un certain mysticisme, d’une ambiance aérienne, parfois même méditative. Halfway Home vous enveloppe dès l’ouverture de l’album. Il vous saisit. J’ai écouté ce morceau, déjà, des douzaines de fois. Et encore, il m’émeut.

On finit par se fatiguer de tous les styles. Pour certains, par contre, c’est plus long. Et le post-rock a encore, j’en suis sûr, plusieurs surprises dans sa poche.

Publicités

Pelican West (1982) – 132 jours, 478 albums

Haircut 100 - Pelican West (1982)Le post-punk et le new wave regorge de groupes pop qui ont chacun leur charme. Haircut 100 (ou Haricut One Hundred) en fait partie. Des morceaux catchy et épurés, quelques cuivres et une guitare acoustique qui répète, sans fin, le même riff sur lequel tout le morceau est bâti: voilà Pelican West en quelques mots.

Si on aime les années 80, on peut écouter de sa musique des semaines durant. Ce qui démarque Haircut 100, ce n’est pas tant ses quelques hits qui restent dans les oreilles, comme Favourite Shirts (Boys Meet Girls), mais plutôt son éclectisme. Un peu de piano par-ci, quelques saxophones et trompettes par-là, et quelques bongos pour le rythme.

Ainsi, des morceaux comme Milk FilmMarine Boy ou le plus rocailleux Baked Bean restent un peu dans les oreilles. Mais à moins d’être un fana des eighties, vous les oublierez rapidement.

Sticky Fingers (1971) – 132 jours, 478 albums

The Rolling Stones - Sticky Fingers (1971)Je n’en suis pas à mon premier album des Rolling Stones pour ce défi. Et à chacun d’entre eux, je cherche la particularité, l’étincelle qui me fera les comprendre.

Avec Sticky Fingers, c’est presque réussi. Mais pas avec Brown Sugar, comme vous pourriez peut-être le croire.

Ne me méprenez pas: Brown Sugar est un excellent morceau, que j’adore. Une mélodie accrocheuse, la voix un peu rugueuse de Mick Jagger, les cuivres pompeux, les guitares rock: tout y est. Il s’agit d’un des meilleurs morceaux des Stones.

Mais voilà: pour moi, les Stones, c’est des hits qui s’enchaînent. Sauf sur Sticky Fingers. J’arrive à entrer dans cet album, à le vivre, à le sentir. Et j’ai l’impression que le groupe aussi.

Peut-être est-ce l’influence du blues, du folk et de la soul? Elle est lourde, pesante. Et le groupe la soulève et la porte avec aisance. Ils trouvent leur chemin dans les marécages et la terre de ces racines sans effort.

Et, peut-être, le blues amène un côté plus vrai, plus franc. Plus intime aussi. Sur plusieurs morceaux, ils se découvrent un peu, sans pourtant se mettre à nu. Wild Horses est touchant. Sister Morphine est trompeuse, agitée sous la simplicité des instruments. Moonlight Mile surprend par son ton presque léger, qui détonne avec l’idée ravageuse qu’on peut se faire du groupe.

Cela n’empêche pas quelques bons moments de bon rock senti, comme Brown Sugar ou Can’t You Hear Me Knocking. Mais là n’est pas le point de l’album. Ni, peut-être, du groupe. Et, aussi, peut-être que je commence à le comprendre. Peut-être.

Mais je vous donne quand même Brown Sugar.

Layla and Other Assorted Love Songs (1970) – 132 jours, 478 albums

Derek and the Dominos - Layla And Other Assorted Love Songs (1970)Le groupe Derek and the Dominos, comme plusieurs autres supergroups, fut éphémère. Mais cela n’empêche pas leur album Layla and Other Assorted Love Songs d’être une véritable perle. Le talent d’Eric Clapton y est indéniable et le classique Layla est inoubliable. Le refrain est accrocheur, le chant est déchirant, les guitares sont à la fois endiablées et languissantes.

Mais limiter cet album à son titre éponyme serait malavisé. Il s’agit d’une œuvre de blues rock accomplie. Des morceaux bleus et mélancoliques comme Bell Bottom Blues succèdent à d’autres plus dominés par les guitares électriques comme Key to the Highway. Tous sont habités d’un blues électrique, senti, époustouflant. Et les musiciens se laissent aller, produisant de longs solos langoureux et détaillés, dans lesquels on se perd.