Abandon… de la contrainte de temps – 88 jours, 474 albums

Force est d’admettre: 1001 albums en 1001 jours, c’était peut-être un peu trop. J’ai pris un retard considérable, voire irréversible, dans ce défi. Mais à la lumière de tous les changements qui ont eu lieu dans ma vie personnelle et professionnelle durant ces deux dernières années, il aurait été difficile de faire autrement. D’autres défis, comme un retour aux études et un stage à Vancouver, ont mobilisé la plus grande part de mon énergie ces derniers mois, et disons que celui d’écouter de la musique est passé un peu à l’arrière-plan.

Aujourd’hui, après mûre réflexion, je lève donc officiellement la contrainte des 1001 jours. J’aurais encore pu encore, peut-être, m’y tenir, mais l’idée d’écouter jusqu’à 5 albums de musique par jour ET d’en écrire les critiques ne m’enchantait guère, et entrait en conflit avec d’autres projets plus centraux à ma réussite professionnelle.

Cela dit, je conserve le défi d’écouter les 1001 albums. La publication des critiques est toujours secondaire à ce défi et, à ce titre, pourrait changer de forme dans l’avenir. Comme je vous en avais déjà prévenu, je les utilise également comme laboratoire et leur qualité pourrait parfois souffrir de ces expérimentations (même si, naturellement, je travaille à ce que cela se produise le moins possible). Il est aussi important de rappeler que ces critiques sont d’abord publiées pour le plaisir, pour partager mes découvertes ou les points faibles de cette sélection des 1001, et n’a en aucun cas l’ambition d’atteindre un niveau journalistique.

Ainsi, je poursuis mon défi. Mais à un autre rythme. En principe, je devrais finir avant 2002 jours, au moins!

Publicités

Mise au point – 383 jours, 559 albums

Le début du mois de novembre fut ardu. Ce qui, inévitablement, a relayé ce défi au second plan. Quelques autres projets, dont la rédaction d’un roman avec NaNoWriMo et la réalisation d’une websérie, Secondes/Cultures, ont retenu beaucoup de mon attention. Aussi, il faut mentionner que je me suis fait voler mon ordinateur portable le soir du 31 octobre et, donc, que j’ai perdu la liste de mes albums comptés et non-comptés. Ainsi, en prenant le temps de recompter le tout dans le livre, j’ai réalisé que, soit je compte très mal, soit certains albums écoutés ont été oubliés sans être critiqués.

Après recomptage, j’ai entre mes mains 32 albums écoutés à critiquer, et près d’une dizaine de plus qui manquent à l’appel. Là, une révision plus longue s’imposera : je la ferai plus tard.

Entre temps, je continuerai ce défi et tenterai de rattraper mon retard, en jonglant avec mes autres responsabilités et projets. Ce ne sera pas chose facile, mais un défi est un défi, et la date limite approche. Plus de 175 albums est un retard appréciable : il faudra mettre les bouchées doubles. Aussi, je mentionne de nouveau que le style des critiques est désormais en perpétuel changement (ou non), car je les utiliserai pour tester mes nouvelles connaissances journalistiques. Vous êtes avertis. Mais vous ne devriez pas (trop) en souffrir.

Bonne musique !

Interlude – FME et journalisme

Je me permets un petit interlude.  Vous aurez peut-être remarqué que j’ai écouté beaucoup d’album d’un coup au début de septembre, et que par la suite, j’ai été peu actif sur ce blogue. Les raisons en sont simples : je suis allé au Festival de musique émergente en Abitibi-Témiscamingue (FME) et comme la route est longue, j’en ai profité pour écouter pas moins de 16 albums durant la fin de semaine. Heureusement que ma copine est aussi férue de musique que moi !

Pour le manque d’activité, j’ai débuté un baccalauréat en journalisme à l’UQAM. Mon implication dans divers projets, comme la radio étudiante (CHOQ.FM), le journal étudiant (Montréal Campus) et un projet de web série (SeizeNeuf.tv), m’ont donc pris la plupart de mes temps libres du dernier mois et demi. Et c’est sans compter les cours !

D’ailleurs, vous pouvez suivre mes péripéties de journaliste sur mon blogue Le Quatrième Pouvoir. Et comme je commence à avoir plusieurs blogues et projets divers, j’ai décidé de tous les rassembler sur un site et de m’ouvrir un site personnel, SimonCordeau.net, qui me servira aussi de portfolio.

À ce titre, vous remarquerez peut-être un changement de style dans mes critiques à venir. Je tenterai (d’abord avec peu de bons résultats j’imagine) d’incorporer les notions nouvellement acquises en journalisme à mon style d’écriture. Prenez bien note que cela ne signifie pas que ce blogue se donnera tout à coup une quelconque propension plus professionnelle : au contraire. J’ai d’abord ouvert ce blogue pour conserver une archive (et une preuve) de mes écoutes et découvertes. Cela reste. J’ajouterai simplement une notion plus expérimentale à mon écriture. Ne vous en faites pas : vous n’en souffrirez pas (tant).

Bringing It All Back Home (1965) – 864 jours, 949 albums

Ensuite, j’ai écouté un autre album de Bob Dylan. Cette fois, c’était Bringing It All Back Home.

Encore une fois, je n’ai pas été charmé par la voix de Dylan. Et encore une fois, c’est plutôt ses textes qui, selon moi, donnent sa véritable valeur à cet album. J’ai adoré, par exemple, la poésie de She Belongs to Me.

J’ai aimé comment il a pu créer un personnage en si peu de mots, avec une aussi forte personnalité. Ici, même la voix de Dylan m’a semblé mélodieuse, dans cet hommage, cette balade douce et légère. Même chose avec Love Minus Zero/No Limit, que j’ai trouvé particulièrement inspirante. Ce sont définitivement mes deux morceaux préférés de l’album, et où la voix de Dylan est la plus appréciable.

Il y a aussi, naturellement, l’incontournable Mr. Tambourine Man et l’accrocheur Gates of Eden qui ont également retenu mon attention. Mais pour le premier des deux, je préfère encore, et de loin, la version des Byrds, même si celle-ci à quelque chose de plus émotif. Pour le reste, j’ai bien hâte de découvrir le mystique album Blonde on Blonde, mais je vais attendre encore un peu avant d’écouter un nouveau album de cet artiste. Sa poésie me fait rêver, mais sa voix m’est encore difficile et fatigante.

Mis à jour – 912 jours, 980 albums

Voilà : j’ai enfin pu remettre ce blogue à jour ! Tous les albums que j’ai écoutés ont maintenant leur critique. Il ne me reste, désormais, qu’à rattraper progressivement le petit retard que j’ai accumulé au niveau des albums à écouter. Ce ne sera pas facile, mais un défi est un défi. Et s’il avait été trop aisé de l’accomplir, où aurait été le plaisir ?

Mise à jour et reprise – 953 jours, 982 albums

Il semble que j’aie pris un peu de retard concernant mon défi. Je veux dire, un peu plus que les 7 albums que j’avais de retard il y a de cela près d’un mois. Finalement, il semble qu’il soit beaucoup plus difficile d’inclure dans sa routine une si petite et si simple habitude lorsque l’on n’a pas d’horaire fixe. Aussi, j’ai appris qu’il est bien facile de perdre une habitude en seulement quelques mois.

Cela dit, depuis lundi, je tente de mettre un peu plus d’ordre dans mes journées. La première mesure fut de me lever à 6 heures du matin tous les matins de semaine. La seconde était de reprendre ce défi, en écoutant tout bonnement un album en me levant et en déjeunant, tous les matins. Et cela semble bien fonctionner ! …depuis 3 jours. Pour la suite des choses, il faudra voir.

En attendant, je me dois aussi de tenir ce blogue à jour et d’y publier mes impressions sur ces différents albums. Surtout que j’ai pris, aussi sur ce sujet, un peu de retard. Je vous dois donc, chers lecteurs, la critique de 9 albums. Une fois ce retard réglé, je me chargerai de celui des 30 albums.

Sinon, un dernier mot avant de recommencer. Sachez que ce sont les plus petites habitudes qui sont les plus faciles à perdre, lorsque l’on n’a plus de routine bien établie. Sur ce, bonne écoute, et je vous reviens sous (très) peu avec de nouveaux articles !