Gris-Gris (1968) – 917 jours, 980 albums

Il y avait une découverte que j’avais faite peu avant ce défi. Et comme l’album se retrouve dans ce défi, j’ai décidé de le réécouter sans attendre. Il s’agit de Gris-Gris de Dr. John.

Cet album m’a complètement fasciné. Déjà, avec la pochette mystérieuse et attrayante, on est accroché et le ton est donné. Ensuite, tout l’album est un mélange expérimental et hétéroclite de voodoo, de spiritualité, de Nouvelle-Orléans, de psychédélisme et de R&B. En fait, il m’apparaît à peu près impossible de circonscrire cet album dans une catégorie unique, ou même dans plusieurs catégories. Ce n’est en fait qu’un voyage dans un bayou marécageux avec un docteur étrange et transcendant.

Gris-Gris Gumbo Ya Ya, qui ouvre l’album, présente d’ailleurs le personnage : http://www.youtube.com/watch?v=b4J8VrprrGE . Disons que les lieux sont emplis de mystère et de mysticisme… Crocker Courtbullion donne également une ambiance bien particulière, comme si l’on se retrouvait en plein milieu d’une célébration païenne. Enfin, I Walk on Guilded Splinters complète le tableau. Seul Mama Roux est peut-être plus légère, plus douce. Mais tout le reste de l’album est… saisissant. Si vous souhaitez découvrir quelque chose de complètement nouveau, de complètement étrange, cet album est pour vous !