Café Bleu (1984) – 656 jours, 780 albums

Pour quelque chose d’un peu plus doux, j’ai décidé d’écouter l’album Café Bleu du groupe The Style Council.

The Style Council - Café Bleu

Savant mélange de R&B et de jazz, la musique de ce groupe m’a séduit tout de suite. En fait, dès les premières notes de piano de Mick’s Blessings, qui font cabaret, mais avec les grelots rythmés qui rappellent le R&B et la pop qui va avec. D’ailleurs, tout suite après, on tombe complètement dans un R&B teinté de soul avec The Whole Point of No Return.

Voix suave, guitare électrique lentement jouée, ambiance feutrée : tout y est pour une belle soirée passée en amoureux. Aussi, juste assez d’émotion, mais pas trop non plus pour être exubérant. The Paris Match reprend un peu la même ambiance, piano jazzy en bonus, troquant la voix suave d’homme pour une voix langoureuse de femme. La batterie qui tient légèrement le rythme est également ici fort appréciée par sa subtilité. Dropping Bombs on the White House offre quant à lui une ambiance et un ton typiquement jazz, avec un rythme qui donne envie de claquer des doigts, un piano passionné et quelques cuivres pour compléter l’ensemble.

Bref, il n’y a pas à en douter : The Style Council sait faire de la musique. Ce n’est pas parce que leur musique se classe dans un style nommée sophisti-pop qu’elle est vide pour autant. Surtout, cela fait toujours du bien de se replonger dans ces atmosphère de jazz. En y mêlant avec autant de dextérité le R&B, le groupe parvient même à me faire apprécier un peu plus ce style encore difficile par moments.

Talking Book (1972) – 776 jours, 855 albums

Enfin, il y avait Stevie Wonder, un autre incontournable de la musique et, donc, de ce défi. Ainsi, j’ai écouté Talking Book.

Cette fois, on se trouve davantage du côté du R&B, avec des notions bien présentes de funk et de smooth soul. Il n’y a pas à dire, cela fait changement des derniers albums que j’ai écoutés, et cela fait du bien de changer un peu de répertoire pour se plonger dans quelque chose de différent. Après tout, c’est la raison pour laquelle je me suis lancé dans ce défi, n’est-ce pas ?

Ici, ce sont surtout les 3 premiers morceaux qui valent l’album, à commencer par You Are the Sunshine of My Life et son ambiance détendue, rafraîchissante, voire quelque peu romantique. Suit tout de suite après Maybe Your Baby et ses rythmes funky.

Ce morceau a quelque chose de stimulant, d’intense, qui fait en sorte que vous ne pourrez vous empêcher de bouger un peu la tête et les autres membres de votre corps. Le rythme est pesant et mesuré, la basse est insistante et électrisante : tout est là pour faire un morceau d’enfer, mais qui ne s’emporte pas pour autant.

Enfin vient You and I et son air romantique et sentimental à souhait. On revient alors à une atmosphère plus calme, plus légère, qui nous transporte tranquillement, alors qu’on se laisse volontiers porter.

Seul autre morceau de l’album digne de mention : l’électrisant Superstition, qui reprend encore un rythme funky. Les autres morceaux de l’album s’écoutent plus discrètement, en comparaison, mais l’album offre déjà beaucoup, et donne le goût de découvrir davantage ce que cet artiste a à offrir.