Aretha: Lady Soul (1968) – 477 jours, 630 albums

Comme une concession en amène une autre, j’ai accepté de me plonger de nouveau dans les années 60 et d’écouter un album d’Aretha Franklin, soit Aretha: Lady Soul.

Aretha Franklin - Lady Soul

Bon, ce n’est pas une si grande concession, puisque j’apprécie la musique d’Aretha Franklin, mais disons que ça change tout de même de style ! Mais pour faire un peu de route, ça nous a réveillé un peu, surtout sur des morceaux mouvementés comme Niki Hoeky, même si la plus grande partie de l’album offre une soul puissante, viscérale et touchante, comme seule Aretha sait nous la chanter. C’est le cas sur Chain of Fools, par exemple.

Certes, ce n’est pas Respect, mais reste qu’avec cette émotion et ce rythme accrocheur, j’ai passé un bon moment qui ne vaut pas d’être passé sous silence. Plus loin, il y a également le classique et indémodable (You Make Me Feel Like) A Natural Woman, qui lui expose tous les talents et toute la profondeur de la voix de la légendaire chanteuse.

Ce sont des morceaux comme celui-ci qui me font tant adorer la soul.

Bref, excellent album, qui n’a pour seul défaut que d’être trop court. On se plonge à peine dans cette ambiance si appréciable que, déjà, la chose est finie. Qu’à cela ne tienne : je n’aurai qu’à écouter l’album en boucle.

Publicités

I Never Loved A Man The Way I Love You (1967) – 849 jours, 939 albums

La semaine dernière, j’ai écouté un autre album de soul, soit I Never Loved A Man The Way I Love You, par Aretha Franklin.

L’album s’ouvre sur le légendaire et énergique Respect, indémodable classique du style.

Si j’avais à nommer un seul morceau pour représenter la soul ou pour la faire découvrir à quelqu’un, je crois que ce serait ce morceau. Certes, il manque peut-être un peu de la profondeur de d’autres morceaux, mais elle nous donne le goût de bouger, on y sent indéniablement les racines noires et les influences du gospel. Bref, il est représentatif et accrocheur.

Le reste de l’album a toujours cette même énergie, cette voix puissante et pénétrante de Franklin. Certains morceaux sont plus profonds et sentimentaux, d’autres sont plus du genre de Respect, mais le tout forme un ensemble assez homogène. Trop, peut-être. Comme je l’ai dit plus tôt, j’ai l’impression qu’il s’agit d’un style qui a de la difficulté à se renouveler, à nous surprendre, au contraire du blues par exemple.

Cela dit, pas de surprise est parfois agréable aussi ! Redécouvrir des morceaux tels que le morceau éponyme, ou encore A Change Is Gonna Come fut fort agréable, surtout avec cette voix si parfaite, si adaptée à la soul. Les émotions sont peut-être les mêmes, mais Aretha Franklin sait nous les faire vivre encore plus intensément. Je me demande ce qu’elle a d’autre à offrir, dans cette monotonie si explosive.