Raw Like Sushi (1989) – 278 jours, 531 albums

Neneh Cherry - Raw Like SushiNeneh Cherry s’expose dans un mélange de rap, de pop et de dance dans un album léger et facile à écouter: Raw Like Sushi.

Et le rap, c’est celui des débuts, celui qui m’a rappelé le hip hop et le funk de Future Shock de Herbie Hancock. Celui où on entend clairement les vinyles sur les planches, et l’aiguille remonter les sillons. L’artiste utilise aussi une musique dénudée, où l’électro des années 80 prend une place importante. Le tout est poli pour rendre l’album bien pop et l’alléger.

Ainsi, on écoute les morceaux sans réfléchir, et on répète en boucle les plus accrocheurs. Buffalo Stance est de ceux-là, avec ses rythmes funky. Avec Manchild, c’est l’ambiance détendue et romantique qui reste dans l’oreille. Le segmenté Heart et R&B/électro Phoney Ladies valent également l’écoute.

Publicités

Make Yourself (1999) – 279 jours, 536 albums

Incubus - Make YourselfSi vous ajoutez du hip hop et un peu de grunge à du métal, ça donne Make Yourself du groupe Incubus: une petite perle de nü metal.

Les voix franches et dénudées du hip hop sont parfaites pour les mélodies du métal. Le grunge semble venir simplifier un peu plus la musique, en y injectant du caractère (comme s’il en manquait!). Il en résulte des morceaux puissants, mais lisses et doux à l’oreille. Les aspérités du hip hop, du grunge ou de l’héritage punk sont aplanies par une musicalité renversante.

Malgré sa force, Nowhere Fast s’écoute sans effort, passant des moments délicats aux plus intenses. Consequence est construit sur le même gabarit, pour un effet aussi accrocheur, tout comme le morceau éponyme. When It Comes est plus inquisiteur, plus rap, mais aussi plus harmonique, plus accompli. Enfin, Drive mêle une guitare acoustique à des éléments de rap, rappelant étrangement le britpop doux et badin des The Verve et Oasis qui ont précédé, mais avec une signature qui est propre au groupe.

A Date with the Everly Brothers (1960) – 903 jours, 975 albums

Pour m’initier au country, un ami, voilà bien longtemps, m’avait parlé d’un groupe accrocheur et facile d’approche. Il s’agissait de The Everly Brothers, que j’ai finalement décidé de découvrir avec leur album A Date with the Everly Brothers.

J’avais eu une mauvaise expérience avec les Louvin Brothers et leur bluegrass dépressif. Heureusement, les Everly Brothers et leur close harmony sont déjà plus joyeux, plus populaires. En ouvrant avec Made to Lovehttp://www.youtube.com/watch?v=FdaRXHmIuEU ), l’album a tout de suite un ton plus rassurant, touchant au pop/rock au lieu de se cantonner au country. D’ailleurs, l’air de ce morceau est même plutôt accrocheur, avec sa légèreté. Mais naturellement, certains morceaux sont plus lyriques, tels que Love Hurts, mais ils le sont de manière moins dépressive que chez les Louvin Brothers. Les Everly Brothers, plutôt, trouvent une façon d’intégrer, sans qu’elles n’en deviennent étouffantes, les techniques et les constructions musicales du country. Le jeu particulier de la guitare et la voix qui fléchissent deviennent alors un supplément à l’émotion du morceau, plutôt que de faire grincer des dents. En gros, ici, le country est de bon goût.