Californication (1999) – 490 jours, 635 albums

J’ai ensuite changé d’ambiance avec un album des Red Hot Chili Peppers : le funk-metal et rap-rock de Californication.

Red Hot Chili Peppers - Californication

Il s’agit de loin de mon album favori du groupe. Peut-être pas dans son ensemble, mais certainement pour tous les morceaux forts et accrocheurs qui s’y trouvent. Et il y en a beaucoup ! Et donc, ça compte pour beaucoup. Et sur tout l’album, on a ce mélange judicieux, que je trouvais au départ étrange mais que j’ai appris à pleinement apprécier, de métal, de hard rock et de rap, qui a tout pour retenir mon attention. En fait, je dis de rap, mais j’ai l’impression que ce sont les restants de reggae, de ska et de punk qui, à cause de la contemporanéité des styles, s’apparente désormais davantage au rap.

L’album s’ouvre avec force, présentant trois morceaux que j’ai trouvés particulièrement puissants et accrocheurs dès l’ouverture de l’album, soit le tourmenté et calme Parallel Universe, le plus rap et contrôlé Scar Tissue, et l’excellent Otherside.

Avec sa construction lente, son développement détaillé et travaillé, le morceau nous amène peu à peu dans son univers, avant que le rythme ne débute et que les instruments ne prennent de la force et de l’assurance. Puis vient l’inoubliable Californication, que j’ai tant entendu à la radio, et qui est construit sur le même concept, mais qui semble atteindre même un niveau de plus. Bref, je l’adore.

L’album compte ensuite bien d’autres morceaux savoureux, dont EasilySaviorPorcelainRight on Time… Certes, on ne se fait pas à cette musique sans un peu d’effort, sans un peu de travail et d’ouverture d’esprit, car je la trouve particulière, nouvelle, défiante par moments, et une fois qu’on a percé la carapace, elle se découvre et en vaut franchement la peine.

Publicités

Blood Sugar Sex Magik (1991) – 606 jours, 703 albums

J’ai poursuivi avec un album assez particulier, mais que vous n’êtes peut-être pas sans connaître. Il s’agit de Blood Sugar Sex Magik du groupe Red Hot Chili Peppers.

Red Hot Chili Peppers - Blood Sugar Sex Magik

J’ai encore de la difficulté à pleinement comprendre et saisir ce mélange étrange et hétéroclite des styles. Punk, reggae, funk, métal… Il y a certains de ces styles que je maîtrise encore mal. Donc, de les mêler avec une telle fougue brouille certainement ma compréhension de ce qui se passe. On a, certes, le rythme engageant du reggae et du funk, l’ambiance festive des deux, mais également les guitares électriques plus rudes du punk et du métal. La texture musicale du tout me semble donc des plus étranges. Et même la voix du chanteur semble être un judicieux mélange de toutes ces influences. Ainsi, malgré la longueur de l’album, peu de morceaux m’ont pleinement satisfaits. Il y en a tout de même quelques uns, dont Suck My Kiss.

Il est sans compromis, avec ses lignes de guitare dures et précises, sa batterie puissante et sa voix saccadée qui rappelle le rap et le hip hop. Avec Give It Away, c’est pas mal la même ambiance. Mais avec d’autres morceaux, l’atmosphère semble plus calme, plus linéaire et posée. Under the Bidge en est un bon exemple, et fait partie des morceaux qui, voilà longtemps, m’ont fait découvrir et apprécier le groupe.

Avec Breaking the Girl, c’est la même chose, mais en encore plus doux et relaxant, car cette fois accompagné de guitares acoustiques, rappelant ainsi les grands moments du folk.

Bref, j’ai apprécié l’album, mais sans trop. Ce style est encore trop mystérieux et complexe pour moi. Mais je me réjouis en sachant que, plus tard dans ce défi, arrivent quelques autres albums du groupe, que je sais meilleurs. Et, d’ici là, je prendrai le temps de me faire l’oreille.