Public Image (1978) – 207 jours, 486 albums

Public Image Limited - Public ImageUne image publique doit être travaillée, lisse, épurée. Pourtant, la musique du groupe Public Image Ltd. est anarchique, criarde, lourde. L’album Public Image: First Issue est punk à souhait.

Quelque peu post-punk pour certaines mélodies, le tout est surtout difficile, pesant. Theme ouvre l’album avec un grand cri, puis enchaîne avec des guitares et beaucoup de distorsion. Le tout sur un rythme lent, appuyé. Religion II mise sur la répétition, toujours avec guitares et voix punks lointaines. Annalisa est plus mélodique, mais c’est encore le tapage qui ressort le plus. Fodderstompf ressemble à une expérimentation dans le kraut rock, avec son rythme sec et mécanique, voix aiguës et agaçantes en prime.

Difficile de trouver cet album très intéressant. Je comprends mieux pourquoi les morceaux punks se limitent à 1 ou 2 minutes. 5 minutes sur les 2 ou 3 mêmes accords, c’est long.

Publicités

Psalm 69: The Way to Success & the Way to Suck Eggs (1992) – 225 jours, 512 albums

Ministry - Psalm 69 The Way to Success and the Way to Suck EggsLa musique industrielle est parfois rude et rauque: on vient saturer l’espace, on développe une mélodie en s’inspirant du métal, et on appuie le tout sur des loops et des répétitions héritées du kraut rock. Mais parfois, trop de répétitions et trop peu de mélodie peut venir ternir tout le reste. C’est malheureusement ce que fait Psalm 69: The Way to Success & the Way to Suck Eggs du groupe Ministry.

Il s’agit pour plusieurs d’un incontournable, d’une pierre angulaire du genre, mais j’ai trouvé difficile d’y trouver l’originalité, cette marque qui fait toute la différence. De bonnes idées mélodiques, qu’on retrouve entre autres sur l’impérieux N.W.O., l’agressif Just One Fix ou le violent Psalm 69, se perdent dans des morceaux trop longs, où on épuise le thème dans des répétitions sans fin. Scare Crow échappe à la règle et est plus intéressant.

Lorsque le groupe s’aventure dans le thrash, comme avec Corrosion, le style n’est pas maîtrisé, et ce qui devrait être une pièce audacieuse devient rapidement monotone et ennuyeuse.

Bref, ce mélange d’industriel et de métal peut être intéressant pour les inconditionnels du style, mais ce n’est pas l’endroit où commencer pour les novices. Ni où continuer d’ailleurs.