Superunknown (1994) – 535 jours, 660 albums

Autre album grunge, et une belle découverte du genre : Superunknown, du surprenant groupe Soundgarden.

Soundgarden - Superunknown

L’album débute lentement, avec quelques morceaux typiques du genre, qui ont une énergie certaine, assez bruyants, et où l’on sent bien l’héritage du hard rock et du heavy metal. Mais arrivé au sixième morceau, tout à coup, on tombe sur Head Down, la perle, la révélation de l’album. Complexe, éthéré, profond, émotif, et avec un jeu de guitare, entre les paroles, qui est simplement parfait, accrocheur, et qui revient sans cesse, comme un leitmotiv, tout au long du morceau.

Ce morceau, j’ai déjà dû l’écouter une centaine de fois, en boucle, dans ma voiture, aux côtés du lyrique mais déchirant Black Hole Sun.

Il est plus lent, plus insistant dans son refrain. Après le charmant diablement accrocheur de Head Down, ce morceau nous offre un étrange répit, où l’émotion prend une autre forme, plus lente mais plus percutante. Plus loin, c’est le puissant The Day I Tried to Live qui a retenu mon attention, avec, encore une fois, le contraste saisissant entre ses moments calmes et ses moments forts, puissants, presque criés.

Le reste de l’album a bien quelques perles de plus, mais l’essentiel semble être contenu dans ces quelques morceaux. En réécoutant l’album plusieurs fois, j’ai bien fini par apprécier l’aspect accrocheur de Spoonman, le poétique et émotif Like Suicide, l’excellent Let Me Drown qui ouvre l’album, ainsi que quelques autres morceaux. Mais ceux que j’ai écoutés le plus souvent, ce sont les trois mentionnés plus haut.

Publicités